#DrawWhatever – C’est en dessinant n’importe quoi qu’on…

Pendant mes pérégrinations Twitter, je suis tombé sur un speed painting. J’ai été très intrigué par le sujet abordé : une chenille qui projette des arcs électriques autour d’un radis… C’est pas commun, n’est-ce pas ?
Et c’est en fouillant un peu que j’ai compris que l’auteur avait participé au challenge hebdomadaire DrawWhatever. Alors qu’est-ce que c’est que ça ?

Prenez trois mots au hasard et secouez le tout avec votre imagination.

NB : si vous êtes curieux de voir ce que ça donne une chenille électrique, je vous invite à aller voir le tweet de Jahwa (@Jahwa_Rero) : juste ici.

L’émission #DrawWhatever

Chaque lundi de 15 heures à 17 heures, l’émission #DrawWhatever est présentée par un petit gars très sympa. Et ce petit gars, c’est Nyo (@Nyo_archives), graphiste, illustrateur, vidéaste et streamer. Avec un invité qui n’a pas forcément un lien direct avec le milieu, il partage sa passion du dessin.

L’émission passe en direct sur la chaîne Twitch LeStream où la communauté peut interagir via un tchat textuel. Et c’est d’ailleurs par ce biais que ça démarre !

Le principe : trois mots au pif

Nyo pioche trois mots au hasard dans le tchat qui donneront le sujet de la semaine à dessiner. Et le tchat, il est taquin… Les mots partent dans tous les sens et l’association de ceux choisis donne des choses assez fabuleuses.

Une fois le sujet décidé, Nyo et son invité se lancent dans leurs dessins en lisant par ci, par là les interventions des spectateurs via le tchat. Et surtout en partageant moult anecdotes croustillantes.

L’outil et le médium sont libres.

Et à la fin de l’émission, c’est le moment pour tout le monde de montrer son dessin en le postant sur Twitter avec le hashtag #DrawWhatever.

Sur le plateau

Pendant deux heures, on suit Nyo qui nous transmet sa sympathie dans une ambiance détendue et décomplexée. Il relève souvent sa frimousse de son dessin pour suivre les discussions du tchat et amener son point de vue.
Le tout est enrobé par le travail de la régie qui assure une logistique impeccable sur la vidéo, l’audio et la modération.

Sans non plus tomber dans le voyeurisme, j’ai apprécié écouter ses petites histoires et rigoler aux blagues. Ces dernières permettent de souffler durant le challenge. Oui parce que vu les mots clés sélectionnés, ce n’est vraiment pas de la tarte ce défi.

Dans les chaumières

Pourquoi regarder une émission pour finalement n’en retirer que trois mots clés ? C’est vrai après tout, il suffirait d’un tweet de Nyo qui aurait sélectionné les trois mots et puis faire son truc dans son coin avant de le poster.
Mais en réalité toute l’essence de l’émission est le partage. Partage des avis bien sur, mais surtout d’expériences, d’idées, d’histoires, de difficultés.

Pour ma part, ça m’a rappelé ces moments pendant mes études artistiques où je passais parmi les chevalets pour papoter avec les autres étudiants. L’occasion rêvée pour voir comment les autres ont appréhendé le sujet, ou encore comment ils ont relevé cet aspect qui vous a tant posé problème.
Une expérience qui mine de rien, me manque un peu vu le plaisir que j’ai eu avec #DrawWhatever.

Et puis c’est aussi l’occasion de rencontrer virtuellement des personnes, de voir ce qu’ils ont produit en dehors de l’émission.

Un concentré de motivation

Je ne sais pas dessiner, je ne peux pas participer

Avec un sujet absurde, c’est évident que l’œuvre sera absurde.  Si en plus, on suit la contrainte (facultative) des deux heures de l’émission, on arrive forcément à quelque chose d’imparfait. Et c’est justement ce qui donne la grande force de l’émission : celui de décomplexer. Nyo encourage à lâcher prise, à s’abandonner au dessin et à partager. Et ça marche !

Il y a énormément de gens qui avouent avoir fait leur premier dessin pendant l’émission. Bien sur, ce ne sont pas toujours des réussites. Mais faire, c’est le premier pas indispensable pour progresser… Ou au moins pour étancher sa soif artistique.
D’ailleurs ça me rappelle une expression citée dans le livre Le Guide du Blogueur (de Ling-en Hsia publié chez Eyrolles) :

La différence entre rêves et réalité s’appelle l’action.

Et moi dans tout ça ?

Et bien moi je ne suis pas à mon premier dessin. Alors qu’est-ce que ça m’a apporté ? Comme déjà expliqué, j’ai passé un agréable moment à écouter Nyo et son invité.
Mais j’ai surtout dessiné quelque chose que je n’aurais jamais pensé faire… Les mots clés de la semaine étaient nain de jardin, jedi et ressort. Pas évident, mais ça m’a changé de ce que j’ai l’habitude de faire et c’était très fun !

Puis la contrainte (facultative) de le faire le temps de l’émission m’a obligé à aller à l’essentiel. C’est un super exercice pour moi, car je suis perfectionniste avec les bons et les mauvais côtés.
Je me suis rendu compte que j’étais capable de faire quelque chose de satisfaisant en très peu de temps. Pour mon travail d’illustrateur, c’est une belle leçon à retenir !

Enfin le partage sur Twitter de mon dessin, et l’échange avec la communauté m’a donné le sourire. J’ai participé à un événement collectif, j’ai eu plein d’encouragements, et j’ai moi même encouragé les autres.

Voici ce que j’ai fait pendant l’émission. Pour rappel les trois mots clés étaient : nain de jardin, jedi et ressort.

Lien du tweet en cliquant sur l’image.

Comment participer

Pour participer vous avez besoin de quoi ? Oh pas grand chose :

  • vous faire un compte sur Twitch : https ://www.twitch.tv/
  • retrouver l’émission le lundi à 15h : https ://www.twitch.tv/lestream
  • prendre votre crayon/pinceau/stylet/etc et profiter du moment
  • et enfin d’un compte Twitter pour poster votre chef d’œuvre si vous le voulez.

Et si vous ne pouvez pas assister au direct, l’émission est mise à disposition sur la chaîne LeStream pour la regarder quand on veut. Tout ça c’est gratuit et c’est fait avec beaucoup de générosité.
Alors plus de raison de gribouiller dans son coin, venez faire un tour et participer au challenge.

Suite à cet article, je vous invite à lire le suivant qui est une analyse du speed painting que j’ai réalisé lors du #DrawWhatever de la semaine suivante.

Cette fois les mots du sujet étaient : loup-garou, yakuza et ampoule.

 


Retrouvez une partie de mes projets de design ou mes travaux artistiques. Si mon profil vous intéresse, je suis disponible pour vous accompagner dans vos projets : contact.

2 réponses sur “#DrawWhatever – C’est en dessinant n’importe quoi qu’on…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.